L’habilitation électrique figure parmi les normes de sécurité à observer par les professionnels. Découvrez en 6 points ce que vous devez absolument savoir sur ce sujet important.

N°1 : Une obligation édictée par la règlementation en vigueur

Selon le Code de Travail en son article R4544-10, l’employeur se charge de délivrer ou de renouveler l’habilitation électrique pour son employé. Pour des raisons de sécurité, cette règle concerne les activités touchant les installations électriques. Elle vise les travailleurs indépendants et les salariés qu’ils soient en contact direct ou à proximité de l’électricité.

 

N°2 : Une règle obligatoire pour se conformer aux normes

La protection des travailleurs étant primordiale, l’habilitation électrique se conforme à la norme NFC 18-510. Ce standard détaille les mesures de prévention pour éviter les accidents et sécuriser les techniciens évoluant dans un environnement électrique. Il représente un ensemble de prescriptions globales déterminant les responsabilités de chaque acteur.

 

N°3 : Une formation pratique et théorique préalable

Pour être éligible à l’habilitation électrique, le travailleur qui souhaite exercer dans le domaine de l’électricité doit suivre une formation technique. L’objectif est la sensibilisation par rapport aux risques réels des dangers par rapport aux manipulations. Le contenu des modules relatif à la prévention au travail varie selon le poste et l’importance de la tension à manipuler.

 

N°4 : La délivrance d’une proposition d’habilitation

L’organisme de formation délivre uniquement une proposition pour l’habilitation électrique. Ce document à caractère provisoire est destiné à l’employeur. Il est délivré au travailleur à l’issue de la formation dont la durée varie de 1 à 3 jours et après un examen concluant. Ce test se concentre sur l’utilisation des équipements spécifiques aux risques électriques.

 

N°5 : Des coûts variables en fonction des modules

Il existe de nombreux centres de formation en salle ou dans l’entreprise à travers la France. La formation habilitation électrique cible les individus mais également les formateurs. Elle touche également le cadre juridique de l’habilitation électrique. Selon le module choisi et à titre indicatif, le coût fluctue entre 150 euros à 600 euros.

 

N°6 : Une autorisation validée et signée par l’employeur

En référence du Code de Travail édicté, la validation et la signature de l’habilitation électrique sera à la charge de l’employeur. Ce document sera présenté sous forme de carnet de prescriptions détaillées dont le contenu peut varier en fonction du poste. Valide pour 3 ans, il sera remis au travailleur avant le commencement effectif de ses interventions sur le chantier.

Laisser un commentaire