Quelques régions de France sont souvent impactées par les débordements des rivières. Cela occasionne des désagréments importants pour les villes puisque ce sont des torrents de boue qui se déversent dans les habitations.

Une surveillance basée sur les débits des cours d’eau

Malheureusement, plusieurs photos relayées sur les réseaux sociaux ont montré que les inondations étaient une réalité surtout dans le sud de la France. À plusieurs reprises, les habitants ont été sinistrés et ils ont parfois été touchés deux ou trois fois en l’espace de quelques mois. Pour tenter de prévenir au maximum les inondations, le MEEDM (Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de la Mer) a décidé de mettre en place des stations. L’hydrométrie consiste à mesurer les débits des cours d’eau, cette surveillance est primordiale.

La méthode par effet Doppler est économique

Des capteurs sont ainsi déposés afin de connaitre leur hauteur. Les différentes informations rassemblées permettent de vérifier l’évolution que ce soit au niveau de la baisse ou de la hausse. Si après un fort épisode pluvieux, les mesures montrent une augmentation importante, l'alerte est émise au plus vite par les autorités. Les débitmètres pour les cours d’eau sont donc essentiels pour le bien-être des habitants. Plusieurs techniques sont à la disposition des spécialistes qui ont généralement recours à la méthode par effet Doppler. Cette dernière a la particularité d’être à la fois économique et simple.

Alimenter une banque spécialisée dans l’hydrométrie

Lorsque les crues ne sont pas au rendez-vous, le gouvernement procède tout de même à des vérifications afin d’alimenter une banque Hydro avec toutes les données rassemblées. Au fil des années, ces informations apportent un suivi non négligeable, mais cela n’est pas valable uniquement pour les inondations. Pendant la période de la sécheresse, le concept est identique. Avec ces mesures, les préfets peuvent réagir rapidement pour mettre en place des restrictions.