Que faut-il savoir en amont pour la construction de toiture ?

Construire une toiture comporte plusieurs aspects techniques à considérer avant de se lancer, nous allons traiter étape par étape le sujet sur la construction de toiture. « Un compromis fait un bon parapluie, mais un mauvais toit » !

Avant l’étape construction, quels sont les éléments d’une toiture à connaître ?

La toiture représente un élément essentiel du logement avec une fonction de protection contre les agressions extérieures (tempête, pluie, neige, poussière, sable…), l’isolation thermique et phonique des combles, le système de ventilation de la maison, l’évacuation des eaux pluviale et la charpente en matière de résistance et de type. Avant de commencer, il faut savoir que le tarif horaire d’un couvreur est entre 40 et 60€ de l’heure, vous pouvez utiliser un comparatif de devis toiture pour avoir une idée sur combien ça coute.

Déterminer le type de toiture à construire

La toiture en pente : La toiture en pente reste la forme la plus répandue en France et notamment la toiture à deux pans  ou deux versants qui permet une évacuation facile des eaux de pluie et de la neige. Une pente de toiture est calculée en pourcentage avec des variations d’une région à l’autre et souvent imposée par le PLU (Plan Local d’Urbanisme) ou un cahier des charges renseigné par la Mairie. Pour une région avec un climat modéré voire chaud, la construction de toiture nécessitera une pente faible à la différence de certaines régions plus froides qui requièrent des pentes plus raides pour supporter le poids de la neige.  Voici les normes à savoir pour les pentes de toit.

La toiture arrondie : Choisir une construction de toiture arrondie, c’est faire un choix avant tout écologique, car cette toiture arrondie implique une surface extérieure moins grande que la toiture en pente mais aussi, une réduction des déperditions thermiques. Un type de toiture que l’on retrouve dans certaines régions, moins répandue que le toit en pente, elle séduit quelques amateurs aux goûts architecturaux prononcés qui ont choisi l’originalité. Construire une toiture arrondie vous autorise à des formes variées comme, le dôme, la tourelle, la courbure à deux pans ou à un pan…

La toiture terrasse : Deux types s’imposent pour construire sa toiture terrasse, une toiture avec un accès facile ou une toiture sans accès. La particularité de ce toit à un seul pan vous dispense d’une charpente, remplacée par un élément de support en maçonnerie comme des dalles en béton ou des tôles d’acier ou encore, une toiture végétale. Une toiture composée du support, d’une pente de toiture, d’un pare-vapeur pour protéger l’isolant de l’humidité, d’une isolation thermique qui isole votre toiture aussi bien de la chaleur que du froid, d’une étanchéité pour empêcher l’eau de pénétrer dans la structure de la toiture et de l’intérieur, d’ouvertures pour faire entrer la lumière avec une ventilation optimisée.

Construire sa toiture en optimisant l’espace de sa maison

L’intérêt d’être bien conseillé dans la construction de sa toiture contribue à optimiser l’espace habitable d’un logement avec le volume de sous-toiture qui représente une valorisation de votre bien pour une construction ou une rénovation. L’espace sous-toiture représente jusqu’à 100 % de surface supplémentaire habitable, un atout à ne pas négliger pour votre futur achat.

Construire une toiture qui dure, performante et liée au respect de l’environnement !

C’est possible ! Utiliser des matériaux performants pour couvrir votre toit, obtenir une bonne résistance aux agents de dégradation, de nombreuses alternatives s’offrent à vous. Pour en savoir plus sur quel matériau ou quelles tuiles pour le toit visitez ce site.

Toit en acier peint ou galvanisé : Du point de vue environnemental, 100 % recyclable, une durée de vie supérieure à 50 ans, une toiture sans entretien avec un bon rapport qualité/prix, un peu bruyant quand il pleut où qu’il grêle !

Toit en bois ou en bardeaux : Malgré une longue installation, la toiture en bardeaux se révèle très résistante à l’humidité et imputrescible, l’inconvénient pour ce revêtement de toiture c’est la teinture qu’il faut appliquer tous les 5 à 15 ans selon le type de finition. Une durée d’à peu près 30 ans, renseignez-vous auprès de votre mairie pour ce type de toiture, toutes les communes n’autorisent pas ce genre de construction.

Toit composite : Une construction de toiture assez onéreuse, relativement longue, non recyclable, en revanche, aucun entretien et très résistant aux intempéries et au nuées d’insectes. Une durée de vie équivalente à celle des pneus, à peu près 50 ans.

Toiture en ardoises : Deux types d’ardoises, naturelle et synthétique, une longévité pour cette toiture garantie au-delà de 100 ans, un entretien minimum s’impose en évitant les produits chimiques. Des qualités d’isolation, d’étanchéité et de robustesse font de ce matériau le meilleur d’entre tous, mais rapport qualité/prix il n’est pas bon marché.

Toiture en tuiles : Le type de couverture le plus répandu en France, imperméable, une résistance à toute épreuve face  aux vents et aux chocs. Une longévité de 25 à 40 ans pour cette couverture, voire les différents types de tuiles existants.